La peinture, une possibilité négative ?

publié le 04/06/2016

partagez

publié in "Ralentir peintures" sur le site Pratiques picturales, n°2, 2015

Restitution très partielle et partiale d’une quarantaine de réponses reçues à un questionnaire adressé à des artistes, des critiques et des philosophes. Ces réponses — plus particulièrement les réponses à la cinquième question : « Pourquoi la peinture se maintient-elle ? » — dessinent un engagement dans la peinture qui revendiquerait une temporalité partagée entre une origine, lieu de légitimation, et un présent arrêté : puisque la peinture est toujours déjà-là, faisons de la peinture. La peinture aurait ainsi acquis une inefficacité active, qu’on pourrait appeler, sous la forme d’un oxymore, une possibilité négative.

Lire le texte en intégral

Les réponses à ce questionnaire sont aussi accessibles sur ce site : Ralentir peintures : réponses à un questionnaire

Accueil du siteécrits / writingsLa peinture, une possibilité négative ?